En cette veille de vacances (pour nous les heureux franciliens), cette rituelle question me revient en mémoire. Et plutôt mourir (enfin mentir) que d'avouer que ma valise est bourrée de livres, car qu'il y a t-il de pire pour un lecteur que de n'avoir rien à lire.
Avez-vous déjà tenté d'acheter des livres en vacances (estivales par exemple), vous êtes-vous rendu chez le buraliste, kiosque presse et librairie locale réunis ? Et que vous a t-on répondu lorsque vous avez demandé un conseil, "mais madame, si on avait le temps de lire tous les livres !", mais oui c'est vrai, il a raison, il a mieux à faire.
Bon, j'exagère, il y a tout de même quelques heureuses exceptions, d'ailleurs on devrait les mentionner dans les guides touristiques.

En attendant, en préparant les valises, j'en profite pour embarquer un maximum d'ouvrages, problème le poids et le volume se font rapidement sentir. Alors dilemme, lesquels choisir ?
Tout d'abord, les derniers achetés, voir les derniers parus, puis les pavés qui nécessitent plus d'un quart d'heure d'attention par soirée et pour finir les poches (c'est petit, léger). Ensuite, il faut ajouter quelques inclassables, indispensables et c'est à peu près tout.
Bien sûr, je prends soin d'emporter plus de livres que raisonnablement nécessaire, on ne sait jamais, vacances pluvieuses, ennuyeuses, ...

Au final, quelques kilos plus tard, il faut les ranger. Tout mis dans ma propre valise, c'est la catastrophe assurée, et plus de place pour les tenues de vacances soigneusement amassées pendant l'année dans la perspective de cette période. Alors discrètement, il suffit de répartir dans de petits sacs plastiques les différents livres et de les placer dans les bagages des enfants. C'est vrai, ils prennent toujours trop de jouets, alors qu'ils n'ont besoin réellement que d'un ballon, de cartes, des feutres et du papier. Ils ont plein d'imagination, ils ne s'ennuieront pas.
Et voilà, de toute façon c'est moi qui fais les bagages, alors je fais ce que je veux, et des fois j'aide même à les porter (un peu).