herissonAttention les propos qui vont suivre vont certainement vous surprendre, venant d'une personne aussi mesurée que moi.
J'ai adoré ce livre, d'y repenser j'en glousse encore. Comment décrire en quelques mots, la jubilation qui s'est emparée de moi en lisant "L'élégance du hérisson", la confrontation de deux univers antagonistes dans le confort feutré d'un bel immeuble parisien. Tous les délices de l'hypocrisie, des faux-semblants, le paraître et le faire-croire réunis pour ma plus grande joie.

Présentation de l'éditeur
"Je m'appelle Renée, j'ai cinquante-quatre ans et je suis la concierge du 7 rue de Grenelle, un immeuble bourgeois. Je suis veuve, petite, laide, grassouillette, j'ai des oignons aux pieds et, à en croire certains matins auto-incommodants, une haleine de mammouth. Mais surtout, je suis si conforme à l'image que l'on se fait des concierges qu'il ne viendrait à l'idée de personne que je suis plus lettrée que tous ces riches suffisants.
Je m'appelle Paloma, j'ai douze ans, j'habite au 7 rue de Grenelle dans un appartement de riches. Mais depuis très longtemps, je sais que la destination finale, c'est le bocal à poissons, la vacuité et l'ineptie de l'existence adulte. Comment est-ce que je le sais? Il se trouve que je suis très intelligente. Exceptionnellement intelligente, même. C'est pour ça que j'ai pris ma décision : à la fin de cette année scolaire, le jour de mes treize ans, je me suiciderai. "

Un petit extrait au hasard :
"Je ne vois que la psychanalyse pour concurrencer le christianisme dans l'amour des souffrances qui durent.

C'était tellement réjouissant que j'ai vu arriver la fin avec tristesse et je ne dédaigne pas à l'occasion de rouvrir ce livre pour me délecter de quelques passages.
Depuis, je me surprends à regarder ma gardienne différemment, à chercher la faille, à tendre l'oreille pour vérifier si elle ne regarderait pas Arte en cachette par exemple.
Merci Cuné et Florinette, vos billets m'ont poussée dans la librairie et je ne regrette qu'une chose, avoir tardé.

Vous pouvez découvrir le blog de Muriel Barbery, vous serez surpris par cette virtuelle parisienne.