llosaBelle année 2007, riche de joies, de bonheur et de belles lectures à vous tous.

Je n'ai pas de bilan, de top 10 à vous proposer, je commence seulement à me remettre de mes agapes de fin d'année et dresser un quelconque récapitulatif est encore au-dessus de mes forces.
Je me contente pour l'instant d'apprécier les listes des autres blogs, j'ai aimé celles d' Allie, Barbarella, Biblioblog, Clarabel, Clarinette, Cuné, Elfe, Frisette, Florinette, Gambadou, Laure et Tatiana,

Alors, une fois les cadeaux de Noël, rangés ou fièrement arborés, démarrons joyeusement cette année.
Mon coup de coeur 2007 (n'ayons pas peur des mots), c'est le dernier livre de Mario Vargas Llosa. Tous les ingrédients que j'aime sont réunis, de la passion, de l'humour, de la folie et une touche d'invraisemblance.

Présentation de l'éditeur.
Que de tours et de malices chez cette " vilaine fille ", toujours et tant aimée par son ami Ricardo, le " bon garçon ". Ils se rencontrent pour la première fois au début des années cinquante, en pleine adolescence, dans l'un des quartiers les plus huppés de Lima, Miraflores. Joyeux, inconscients, ils font partie d'une jeunesse dorée qui se passionne pour les rythmes du mambo et ne connaît d'autre souci que les chagrins d'amour. Rien ne laissait alors deviner que celle qu'on appelait à Miraflores " la petite Chilienne " allait devenir, quelques années plus tard, une farouche guérillera dans la Cuba de Castro, puis l'épouse d'un diplomate dans le Paris des existentialistes, ou encore une richissime aristocrate dans le swinging London. D'une époque, d'un pays à l'autre, Ricardo la suit et la poursuit, comme le plus obscur objet de son désir. Et chaque fois, il ne la retrouve que pour la perdre. Et, bien entendu, ne la perd que pour mieux la rechercher. Il n'est jamais facile d'écrire l'histoire d'une obsession. Mais la difficulté est encore plus grande quand il s'agit d'une obsession amoureuse et quand l'histoire que l'on raconte est celle d'une passion. Mario Vargas Llosa avait déjà affronté ce défi par le passé dans La tante Julia et le scribouillard (1980), l'un de ses romans les plus populaires. Et voici qu'il le relève encore vingt-cinq ans plus tard et nous offre ce cadeau inattendu : une superbe tragi-comédie où éros et thanatos finissent par dessiner une autre Carte de Tendre entre Lima, Paris, Londres et Madrid. Car Tours et détours de la vilaine fille est bien cela : la géographie moderne d'un amour fou.

Deux constantes servent de fil rouge dans ce livre, le narrateur amoureux éperdu, maintes fois transi et Paris. Avec Mario Vargas Llosa, vous allez traverser le monde de part en part, à la suite de "la vilaine fille", objet cruel de la passion du narrateur, à chaque retrouvaille l'héroïne dotée d'un nouveau mari, à chaque fois un peu plus improbable que le précédent, brise le coeur de son fidèle admirateur.
Malheureusement, maitrisant insufisamment l'espagnol, je l'ai lu en français, pourtant j'ai eu l'impression d'entendre l'accent sud-américain en tournant les pages.
J'aime le rythme soutenu, l'atmosphère exotique et la folie contenue dans ce livre. Difficile de lâcher cette histoire si riche en rebondissements.
A lire sans tarder, pour un début d'année en gaieté.

Gallimard paru en octobre 2006 - 404 pages