fanatiquesA priori un petit livre sans prétentions, une surprise même : un Max Gallo qui ne s'étale pas sur quatre ou cinq tomes, pas de guerres napoléonniennes en vue, ni Romains.
Le titre interpelle un peu, la 4ème de couverture m'intrigue.
Et dès les premières lignes, c'est un thriller qui se dessine sur fond d'islamisme et de fanatisme.

Présentation de l'éditeur
Claire est devenue Aïsha. Elle a choisi, en se mariant, de se convertir à l'islam. Son père, Julien Nori, professeur en Sorbonne, vit cette décision comme un échec personnel. Homme des Lumières, il craint le retour des inquisitions, des fanatismes. Il redoute le choc des civilisations. Le choix de sa fille le bouleverse, remet en cause ses convictions, tout ce qu'il a cru transmettre. Il veut comprendre, renouer le dialogue avec Claire. Mais il ne rencontre qu'Aïsha.
Un jour d'octobre, il est assassiné à Paris, à quelques pas de sa Sorbonne. Vengeance d'un fanatique ou fait divers sordide, maquillé en crime islamique ? Max Gallo mène l'enquête.

Le sujet est ambitieux, sensible, et l'efficacité Max Gallo fonctionne à merveille. Certes il ne faut pas s'attendre à une finesse d'écriture, à une grande profondeur des personnages, les descriptions des caractères restent assez simplistes, voir caricaturales. Pourtant, je suis contente de l'avoir lu, il met à jour nos craintes, soulèvent des questions.  Le narrateur apparait lâche, décadent et face à lui, se dresse sa fille en paragon de vertu. Sous couvert d'érudition, de notoriété et respectabilité, la fille Claire et son mari laissent transparaître un islam extrémiste.
L'opposition de deux modes de vie radicalement différents, qui ne peuvent se retrouver est un peu facile, mais après avoir lu la dernière page, on s'interroge encore.

Fayard paru en juin 2006,  250 pages, 18 €.